30 avr. 2016

Published 15:57 by with 2 comments

Comment est structuré notre sommeil ?

Notre sommeil est découpé en 5 étapes distinctes qui vont se succéder 4 à 6 fois, c’est ce que l’on appelle les cycles du sommeil qui durent environ 1 h 30.

Les phases

  • Phases 1 à 4 - Le sommeil lent
  1. L’endormissement, stade 1

Avant de sombrer dans le sommeil, il faut passer par la case endormissement. Plusieurs sensations nous signalent qu’il est temps d’aller se coucher comme les bâillements, la sensation de froid etc. Un électroencéphalogramme nous permet de voir que plus on va être dans un sommeil profond, plus les ondes du cerveau seront amples (basse fréquence). La durée normale de l’endormissement est inférieure à 20 minutes.

Effets sur le corps :
  • Picotement des yeux
  • Bâillement
  • Impression de froid
  • Baisse de la vigilance
  • Baisse de la fréquence cardiaque
  • Myoclonie d'endormissement (sursaut d'un membre, inférieur souvent, ou bien de tout le corps parfois accompagnée d’hallucination→ secousse hypnique)

Effets sur le cerveau :
  • Ondes(1) bêta, quand on est éveillé et alerte
  • Ondes alpha, quand on a les yeux clos, on est éveillé mais détendu
Ondes bêta (fréquence entre 12 et 30 Hz)
Auteur de l’image originale : Hugo Gamboa (wikimedia commons)
 
Ondes alpha (fréquence entre 8 et 13 Hz)
Auteur de l’image originale : Hugo Gamboa (wikimedia commons)


  1. Le sommeil lent léger, stade 2

On commence à dormir à ce stade, mais on peut être réveillé par le moindre bruit. Ici, la majorité des dormeurs pensent encore être réveillés alors qu'il ont commencé à somnoler.

Effets sur le cerveau :
  • Ondes thêta
  • Apparition régulière de fuseaux du sommeil (ou sleep spindle en anglais). Ce sont des ondes de 1 à 2 secondes très actives produites par des interactions entre le thalamus(2) et le cortex(3). Elles ont pour but de nous isoler des stimuli extérieurs comme le bruit ou la lumière.
  • Les complexes K correspondent à nos micros réveils en réponse aux stimuli extérieurs.
Ondes thêta (fréquence entre 3,5 à 7,5 Hz)
Auteur de l’image originale : Hugo Gamboa (wikimedia commons)

Fuseaux du sommeil et complexe K (fréquence entre 12 et 14 Hz)
Auteur de l'image : Neocadre (wikimedia commons)


  1. Le sommeil lent profond, stade 3 et 4

L'activité cérébrale diminue toujours de plus en plus. Et plus elle diminue, moins nous pouvons être réveillés. Au stade 3, seul un bruit fort ou un bruit essentiel peut nous réveiller comme les cris d’un bébé. Le stade 4 est le moment le plus difficile pour réveiller un dormeur et aussi le moment le plus important en terme de récupération physique. C’est durant le sommeil profond que l’on peut être affecté par le somnambulisme.

Effets sur le corps :
  • Faible tonus musculaire
  • Pas de mouvements oculaires
  • Respiration ample et calme
  • Température du cerveau la plus basse
  • Rythme cardiaque et pression sanguine ralentis
  • Sécrétion des hormones de croissance, une perturbation de ce stade entraîne une croissance retardée chez les enfants.
  • Stimulation du système immunitaire

Effets sur le cerveau :
  • Ondes delta
  • Fuseaux de sommeil et complexes K plus rares


Ondes delta (fréquence inférieure à 3,5 Hz)
Auteur de l’image originale : Hugo Gamboa (wikimedia commons)



  • Phase 5 - Le sommeil paradoxal

Aussi appelé SP ou REM (rapid eye movements), c'est principalement durant cette phase que l’on va rêver. Nous sommes en atonie musculaire, c'est-à-dire qu'aucun de nos muscles ne bouge à l'exception du coeur, du diaphragme et des muscles oculaires. Sinon nous pourrions reproduire ce que nous vivons dans nos rêves. À ce moment, la respiration continue, mais elle est instable tout comme la pression artérielle et le pouls. On voit apparaître les mouvements oculaires rapides (REM).
Le cerveau est aussi actif qu'en sommeil léger, donc très proche de l'éveil.
On a donc des signes de sommeil profond et de sommeil léger, c’est pour cela que cette étape est nommée sommeil paradoxal.

Effets sur le corps :
  • Atonie musculaire
  • Respiration, pouls, coeur, pression artérielle irréguliers
  • Érection chez l’homme

Effets sur le cerveau :
  • Rêves
  • Ondes rapides avec une haute fréquence comme durant l’éveil




L'enchaînement des phases

Une nuit de sommeil est composée de 4 à 6 cycles qui alternent les phases sommeil lent et sommeil paradoxal. Un cycle dure 1 h 30 environ.
Au début de la nuit, on commence avec une phase de somnolence (stade 1) qui n'apparaît presque plus ensuite. On aura aussi des cycles riches en sommeil profond (stade 3 et 4).
Plus on va avancer dans la nuit, plus on va trouver de phases paradoxales (stade 5) qui vont remplacer les phases de sommeil lent profond.
À la fin, le sommeil profond a disparu et on observe une alternance entre sommeil léger (stade 2) et paradoxal.
On s’en rend rarement compte, mais on peut avoir des micros réveils durant la nuit. Souvent, ils sont suivis d’une nouvelle phase d’endormissement (stade 1) très rapide.

Hypnogramme récapitulatif,
pour une personne en bonne santé dormant 7 à 8 heures.
(activité du cerveau en fonction du temps)
Auteur : Emilie Chevrier
Image libre d’être modifiée et partagée

À noter que chacun possède un rythme de sommeil bien personnel qui dépend de son style de vie (travail de jour ou de nuit, sommeil polyphasique), de son état de santé (maladies et troubles du sommeil), de sa quantité de sommeil nécessaire (gros et petits dormeurs) et de son âge.
En effet, un adulte moyen dort 7 à 8 heures par nuit. Les gros dormeurs (10% de la population) dorment 9 à 10 heures et les petits (5% de la population) dorment 5 à 6 heures.
Pour tous, le temps de sommeil profond est de environ 100 minutes. En fait, les gros dormeurs auront plus de sommeil léger et paradoxal et les petits dormeurs une nuit riche en sommeil profond.
Les personnes âgées dormiront moins longtemps, auront plus de micros réveils mais auront besoin d’autant de sommeil que de jeunes adultes (8 à 9 heures).
Pour être au meilleur de ses capacités, il faut essayer de respecter au maximum son cycle biologique, c’est-à-dire se coucher et se réveiller aux même heures. Dès que les signaux de fatigue sont présents (bâillements, picotements des yeux etc.), il faut aller se coucher car ils sont le signe d’un début de phase d’endormissement. Si on ne se couche pas, il faudra attendre une heure et demie plus tard pour que l’envie de dormir revienne.



Lexique : 
 (1) Onde : Le rythme cérébral est caractérisé par des oscillations électromagnétiques, mesurables avec un électroencéphalogramme ou EGG. Les ondes cérébrales témoignent de l’interaction entre les neurones, donc de l'activité du cerveau.

(2) Thalamus : Gros noyau gris, pair, situé à la base du cerveau, jouant un rôle dans la transmission des messages sensitifs au cortex. (Larousse)

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8c/Cortical_surface_with_an_overlay_of_the_basal_ganglia_and_thalamus.jpg/640px-Cortical_surface_with_an_overlay_of_the_basal_ganglia_and_thalamus.jpg
Localisation du thalamus
Auteur de l’image : Colder B (wikimedia commons)

(3) Cortex : Partie périphérique des hémisphères cérébraux, siège des fonctions nerveuses les plus élaborées telles que le mouvement volontaire et la conscience.

Sources
Sciences et vie N°262, mars 2013 : “Les mystères du sommeil”.

Réactions :
      edit

2 commentaires:

  1. isabelle bernhart17 mai 2016 à 17:46

    Bien écrit et détaillé. Les schémas complètent bien la rédaction.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un très bon article ça détail bien le sommeil en quelque mots (Intéressant)

    RépondreSupprimer